"Conférence-démo" : "Manuscripts in the digital age: new approaches for textual studies, codicology and palaeography" - mercredi 25 mai 2011, Lyon

La prochaine "conférence-démo" de MutEC se tiendra le mercredi 25 mai 2011 de 17h à 19h à l'Institut des Sciences de l'Homme, salle Marc Bloch (4ème étage).
 
Conférence et démonstration en anglais
 
Sur le thème " Manuscripts in the digital age: new approaches for textual studies, codicology and palaeography" / "Les manuscrits à l'ère numérique : nouvelles approches pour les études textuelles, la codicologie et la paléographie", Elena Pierazzo (King's College de Londres) suivi d'une démonstration par Peter Stokes (King's College de Londres) d'un outil lié à l'usage de bases de données d'information codicologique.

Abstract : Editorial work normally assumes that editors can extract the text out of its original carrier while preserving its integrity and semantic value; this is because text is usually considered as a linguistic object rather than a physical one. Indeed, this principle is explicitly stated as the theoretical basis for the de facto standard of markup for digital texts, the Guidelines of the Text Encoding Initiative (TEI). Elena Pierazzo will discuss the very fundamentals of this assumption, presenting medieval and modern examples, and will introduce a new way of encoding documents using the model proposed by the Genetic Edition Working Group, a task force of the Manuscript Special Interest Group of the TEI.
 
The paper will be followed by a demonstration of a prototype developed for the ‘Digital Resource and Database for Palaeography, Manuscript Studies and Diplomatic’ project developed by Peter Stokes. Funded by the European Research Council, it aims to provide new ways of exploring visual and verbal information about handwriting and its manuscript context.  
 
Résumé : Le travail éditorial suppose normalement que les éditeurs puissent extraire le texte de son support originel tout en préservant son intégrité et sa valeur sémantique. Cela tient au fait que le texte est généralement considéré comme un objet linguistique, plutôt qu'un objet physique. Ce principe même est en effet énoncé comme la base théorique du standard de facto pour l'encodage de textes numériques, les Guidelines de la Text Encoding Initiative (TEI). Elena Pierazzo discutera les fondements mêmes de cette hypothèse, en présentant des exemples médiévaux et modernes, et présentera une nouvelle façon d'encoder les documents utilisant le modèle proposé par le Genetic Edition Working Group, un groupe de travail du Manuscript Special Interest Group de la TEI.
 
La conférence sera suivie d'une démonstration d'un prototype développé pour le projet "Digital Resource and Database for Palaeography, Manuscript Studies and Diplomatic", développé par Peter Stokes. Financé par l' European Research Council, il vise à fournir de nouvelles façons d'explorer les informations visuelles et verbales relative à l'écriture et à son contexte manuscrit.  
 
Conférence ouverte à tous - inscription souhaitée : contact : claire.giguet@ish-lyon.cnrs.fr